Informations: covid-19 et cnesst

Victime d’électrisation, il obtient gain de cause après 12 ans de bataille contre la CNESST

Un homme de Rimouski qui a subi un grave accident électrique au travail il y a plus de 12 ans peut enfin crier victoire contre la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST).

Son jugement va aussi permettre aux victimes électrisées d’avoir un peu d’espoir puisqu’il fera jurisprudence.

Le 10 septembre 2008, Steve Migneault travaillait comme électricien. En l’espace de quelques secondes, sa vie a été chamboulée à jamais.

Le panneau électrique sur lequel il travaille explose, l’homme est projeté sur une distance de huit pieds et termine sa chute contre un mur.

«Disons que je suis passé trois fois près de la mort», dit-il.

M. Migneault présente plusieurs séquelles physiques, mais le pire c’est ce qui n’est pas visible à l’œil nu, soit les problèmes de sommeil, les cauchemars, les sueurs froides, les maux de tête, etc.

En plus de devoir vivre avec ces malaises et un choc post-traumatique, Steve Migneault doit aussi se battre contre la CNESST qui ne reconnait pas que les lésions sont liées à son accident de travail.

Son avocat, Marc Bellemare, soutient qu’il ne faut pas abandonner face à la CNESST.

«Faut toujours se tenir parce que la CNESST c’est un système, ils ont des médecins et des avocats tant qu’ils veulent, ils ont des ressources illimitées», souligne l’avocat.

«En plus d’être malade, il faut s’acharner pour aller chercher de l’aide», ajoute Steve Migneault.

Ce jugement fera jurisprudence pour les autres accidentés du travail, victimes d’une électrisation, puisqu’il est souvent très difficile de démontrer les séquelles de ce type de blessures.


https://www.tvanouvelles.ca/2020/10/19/victime-delectrisation-il-obtient-gain-de-cause-apres-12-ans-de-bataille-contre-la-cnesst

Katia Laflamme | TVA Nouvelles

| Publié le 19 octobre 2020 à 17:39

© Tous droits réservés | Bellemare avocats | 2020